3G ou 4G, elle n’est fluide que sur les affiches au Bénin

Elle est fluide, elle est rapide, elle a une vitesse du train à grande vitesse TGV, elle évolue carrément comme un turbo. Mais où ? Seulement sur les prospectus et les panneaux publicitaires qui n’ont de mérite que de nous imposer une pollution visuelle le long des artères de nos villes. Elle, est mise pour quoi ? Tout naturellement, la connexion internet. A domicile et au service, des citoyens investissent ce qu’il faut mais pour obtenir uniquement un débit minable. Chez certains fournisseurs d’accès à internet, vous déboursez 25.000 F CFA par mois mais, impossible de lire en toute simplicité une vidéo de trois minutes sur You Tube ! C’est la croix et la bannière pour consulter votre mail et télécharger un fichier envoyé notamment par votre partenaire commercial. Dieu seul sait, la capacité consommée réellement avant la fin du forfait. Le comble, c’est ce que les réseaux GSM déploient sur vos mobiles. On nous a toujours chanté 3G et d’autres nous miroitent déjà la 4éme génération. Malgré la galère, vous êtes nombreux à avoir des appareils de qualité. Faites l’exercice en une journée et vous verrez sur quelle durée votre mobile affiche en continu, le signal 3G. De façon cumulée, à peine trois ou quatre heures sur les 24. En fait, vous dépensez pour un service non rendu. On parlait de Facebook et c’est Whatsapp qui nous tombe sur la tête. Combien dépensez-vous dans l’achat des forfaits au volume chaque mois ? Je parie que vous vous grattez la tête car ma question est sans réponse. En fait, vous êtes en train de vous appauvrir sans vous en rendre compte. Loin de moi l’idée de vous décourager. Nous avons tous besoin d’une connexion internet. Quelles réformes d’envergure aujourd’hui sans une meilleure qualité de la connexion ? La dernière en date est celle mise en place par les douanes béninoises. Et dans le rang des transitaires mandataires, le goût est amer. <> Heureusement au niveau de l’administration douanière, c’est un langage de vérité. <> Allez dans le secteur éducatif et vous comprendrez que c’est en fait un drame. Faire du Bénin, le quartier numérique de l’Afrique ! Où en sommes-nous avec ce slogan ? Que dis-je, cette incantation ? Monsieur le ministre de la communication, crachez le morceau ! Prrrrrrr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*