L’Etat béninois déterminé à réduire le nombre des motocyclistes sur nos routes

Pour réussir le décollage de son projet de transport par autocar, le gouvernement de Boni Yayi est déterminé à réduire le nombre des motocyclistes sur nos routes. Ceux qui dénoncent une pression forte de l’autorité sont de plus en plus confortés dans leur thèse. Tenez, après les casques, les pistes cyclables, les immatriculations, le permis de conduire et l’assurance, le gouvernement vient d’opter pour une autre bombe qui va mettre en boule les conducteurs de motos. Quatre ministres du gouvernement de Boni Yayi, ceux de la santé, de la défense, de la sécurité et des transports viennent de signer un autre arrêté interministériel portant composition de la trousse de secours des véhicules en république du Bénin. L’Article 1er précise que « pour assurer la sécurité des usagers de la route, il est institué en République du Bénin, l’utilisation d’une trousse de secours par tout conducteur de véhicule et d’engins à deux ou trois roues ». Que doit contenir cette trousse : « du coton hydrophile – des compresses de gaze stérilisées – des bandes de gaze adhésives – des pansements adhésifs ou compressifs absorbants stériles – de l’alcool modifié à 75% ou autre antiseptique liquide pour le nettoyage des plaies – du sérum physiologique – un baume anti inflammatoire – une paire de gants à jeter après chaque utilisation – une paire de ciseaux à bouts ronds – des épingles de sûreté pour la fixation du pansement ou des bandages – des éponges hémostatiques Gelita Spon et des lames de bistouris ». Cet arrêté a été signé le 31 Juillet 2014 et, « le centre national pour la sécurité routière, la police nationale et la gendarmerie nationale, sont chargés chacun en ce qui le concerne de la mise en application stricte de la présente prescription et de son respect scrupuleux par les usagers de la route. Dénis Ali Yérima, Dorothée A. Kindé-Gazard, François Houéssou et Natondé Aké ont bel et bien apposé leurs signatures sur cet arrêté qui nous est parvenus. Tout porte à croire, que le gouvernement est en train d’organisation la disparation naturelle des motos dans la circulation. Désormais en plus du casque, de l’immatriculation, du permis de conduire et de l’assurance, le motocycliste doit exhiber sa trousse de secours avant de continuer sa route. Il va devoir le faire chaque fois en présence d’un agent. Chers gouvernants, n’est-ce pas mieux d’interdire l’importation des motos au Bénin ? Incapable d’organiser la reconversion des conducteurs de taxis motos vous venez d’opter pour une élimination naturelle pure et simple. Il vaut mieux le dire ouvertement pour que le peuple sache à quoi s’en tenir. Vous avez dit « une paire de ciseaux, des épingles de sûreté, des lames de bistouris » pour ma part, les malfrats n’iront pas chercher loin avant trouver les armes pour opérer. Prenez-en conscience.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*