Lettre Ouverte à Monsieur Boni YAYI, Le député AHOSSI du COS-LEPI fait de troublantes révélations

La lettre ouverte

Comlan Léon AHOSSI Cotonou, le 27 janvier 2015

Député à l’Assemblée Nationale

Porto-Novo

Objet : Lettre Ouverte à Monsieur Boni YAYI

Mon Cher Président,

Le 09 Septembre 2014, je vous ai fait parvenir une lettre fermée, écrite de ma main. Je vous avais expliqué les raisons de ce choix, dont surtout mon désir que le contenu reste pendant longtemps entre vous et moi. C’est vrai que j’ai constaté que vous n’en avez tenu aucun compte, sauf quelques allusions que vous avez faites à l’occasion de votre campagne active à travers le territoire.

Aujourd’hui, je vous adresse une lettre ouverte en raison de la gravité du contenu, mais aussi et surtout parce que ce contenu a besoin d’être su de notre peuple.

Oui, si vous-même ne changez pas de conception du pouvoir et de l’utilisation qu’il faut faire du bien public, vos proches, notamment les ministres «puissants» et vos suppôts FCBE ne pourront que continuer de n’avoir aucun souci du bien public, surtout en cette période d’incertitude où ils ne savent pas ce que sera l’après 2015, et surtout l’après 2016.

C’est en droite ligne de l’indignation que suscitent les actes qu’ils posent que je vous adresse la présente lettre ouverte avec Information à tout notre peuple. De quoi s’agit-il ?

J’ai sous la main, depuis octobre 2014, des documents d’actes délictueux commis à partir du COS/LEPI. J’attendais de boucler l’information pour réagir, mais en raison du blocage intervenu au niveau de mes sources aussi bien en France qu’au Bénin, j’ai décidé de vous livrer le petit bout que j’ai, petit bout parce que le scandale remonterait jusqu’à la CPS/LEPI. Ceux avec qui je fais le travail ont peur, et m’invitent à l’abandon. Mais comme vous avez pu vous en rendre compte, je ne sais pas avoir peur, même s’ils sont allés jusqu’à faire allusion à la tentative d’assassinat de monsieur Martin ASSOGBA, Président de l’ONG ALCRER. Je les comprends, mais je ne veux pas être pessimiste à ce point, peut être que la suite leur donnera raison. Advienne que pourra.

J’ai sous la main disais-je des documents, (multipliés et donnés à des personnes ressources) qui révèlent des choses troublantes.

La Société BUSINESS et ENGINEERING SARL, BP 213 Abomey-Calavi, IFU 3201100089819- a reçu un transfert de fonds de GEMALTO S.A, un opérateur technologique recruté par le COS/LEPI dans le cadre des travaux de correction de la liste. Les actionnaires de cette société sont :

1) Monsieur Karimou CHABI-SIKA, professeur en Electro-technique demeurant à ABOMEY-CALAVI, Quartier Agori, né à TCHAOUROU (République du Bénin) le Douze Février Mil Neuf Cent Cinquante-Cinq, titulaire du passeport diplomatique numéro05 BD 09671, délivré par le Ministère des Affaires Etrangères le Vingt et Un mai Deux Mil Sept, de nationalité Béninoise, actionnaire à 60% ;

2) Monsieur Ayeshoro Mahmoud AMADOU demeurant à Cotonou carré numéro 657 JERICHO2, né à PARAKOU (République du Bénin) le Quatre Mars MilNeuf Cent Soixante Dix Sept, titulaire de la Carte Nationale d’Identité numéro 200422465 délivrée par la circonscription urbaine de Cotonou, de nationalité béninoise, actionnaire à 40%.

Registre de commerce : RCCM N° RB/COT/07B1790

Les principaux partenaires de la société sont : GEMALTO et autres. GEMALTO est installé en France, et il est à noter que c’est le seul partenaire de la Société BUSINESS ENGINEERING SARL qui ait été identifié à ce jour. Le volume d’affaires avec GEMALTO SA est estimé à plus de Deux Cent Millions (200.000.000) de francs CFA, attendus dans le cadre de la réalisation de la LEPI.

Monsieur Ayeshoro Mahmoud ADAMOU a déclaré «l’associé, monsieur Karimou CHABI-SIKA a un contrat de prestation avec GEMALTO S.A basée en France, société qui a un contrat avec l’Etat Béninois pour la correction de la LEPI».

BUSINESS ENGINEERING SARL a ouvert un compte bancaire à ECOBANK Bénin sous le Numéro 0070121107206002.

Un transfert a été fait de Paris sur le compte le 13 Juin 2014 d’un montant de Cent Cinq Millions, Trois Cent Quatre Vingt Dix Mille, Cinq Cent Vingt-cinq (105.390.525) francs CFA.

Il est à noter que cette somme a été vidée du compte avant le 18 Juin 2014.

– En effet, par chèque N° 1000001 et 1000002 et 1000003 en dates respectives des 13 juin 2014 et 16 juin 2014, monsieur TIAMIOU O.A. Waïdi a retiré les sommes de Cinquante millions (50.000.000) francs CFA, Trente-Neuf Millions soixante-Quinze Mille Cinq Cent Soixante-Douze (39.075.572) francs CFA et Un million (1.000.000) francs CFA.

– Monsieur AMADOU A. Mahmoud par chèque numéro 1000004 du 13 Juin 2014 a retiré la somme de Six millions (6.000.000) francs CFA.

– Madame AZAVE Moïbatou, par chèques numéros 1000005 et 1000009 des 16 et 17 juin 2014 a retiré respectivement les sommes de Un million (1.000.000) francs CFA et Quatre millions (4.000.000) francs CFA.

– Monsieur AGASSOUSSI Mathieu par chèque numéro 1000007 a retiré la somme de Cinq Cent Quarante-Cinq mille (545.000) francs CFA.

Le reste de l’argent partira ensuite en petites tranches.

A la suite des fuites survenues dans les investigations, je n’ai pu entrer en possession du reste de la documentation. L’opération se serait poursuivie selon certaines sources par des transports d’argent liquide entre un pays voisin où GEMALTO S.A aurait également une antenne et le Bénin. Ce qui est constant à ce jour, c’est que le compte ne tourne plus et aurait été en fait ouvert juste pour servir à ce transfert de fonds.

Mais ce qu’il est également important de retenir, c’est qu’au niveau du COS/LEPI, il a été mis en place deux commissions, l’une ayant à charge les questions d’évaluation des besoins en ressources humaines et du recrutement du personnel, la seconde devant s’occuper des questions financières ; c’est cette seconde commission, présidée par un certain Karimou CHABI-SIKA, qui a eu à soutenir en plénière, le recrutement de l’ opérateur technologique, GEMALTO S.A, et l’argument phare bien articulé par le président de la Commission est que c’est l’une des sociétés qui «nous» avaient accompagnés pendant la mise en place de la LEPI et qu’elles connaissent mieux ce dossier.

Par ailleurs, il est à retenir que Monsieur Karimou CHABI-SIKA est l’actionnaire majoritaire de la société BUSINESS ENGINEERING SARL comme dans les multiples sociétés écran qu’il gère et qui ont la plupart des marchés dans nos ministères.

Voilà, Monsieur le Président, comment tourne votre république.

Pendant que le COS/LEPI par des acrobaties, tourne en rond Commissaires Communaux d’Actualisations (CCA), Agents Locaux d’Actualisation (A.L.A) et autres coordonnateurs et élus locaux associés à la gigantesque œuvre de reprise totale de la LEPI, les citoyens les plus zélés, les plus méritants de votre système organisent le pillage des ressources publiques, se mettent en connivence avec des opérateurs technologiques associés au processus, opérateurs qui ont créé les pires difficultés au COS/LEPI, et offrent leur tête à couper en s’illustrant négativement dans le processus.

Tout le monde sait aussi au COS/LEPI que c’est bien mon collègue Karimou CHABI SIKA qui est votre ambassadeur près le COS/LEPI, et votre dernier communiqué anti COS/LEPI honteusement lu par le Secrétaire Général du Gouvernement et appelant à la rébellion contre le COS, les structures co-gestionnaires du processus de remise en ordre du calamiteux document réalisé par votre ministre des Affaires Etrangères et pompeusement baptisé LEPI, trahit parfaitement les prises de positions de cet «honorable» député.

La CPS/LEPI aurait connu les mêmes prédations, mais avec un peu plus de bonheur car les traces n’ont pas été à ce jour retrouvées en raison du temps relativement long qui nous sépare de l’évènement

C’est donc vrai que les élections coutent chères au pays, mais il est à noter que c’est remarquablement vrai depuis votre arrivée au pouvoir et que les prédateurs sont dans vos bagages pour être décorés et récompensés.

Monsieur le Président, il vous est loisible de faire ce que bon vous semble de ce dossier, surtout que notre peuple est habitué à votre lutte sélective contre la corruption et faits assimilés, mais il sait, ce peuple, faire la part des choses.

Comlan Léon AHOSSI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*