Pascal Irénée Koupaki et sa nouvelle conscience

Qui a dit qu’on ne peut assister à un langage de vérité dans le milieu politique ? L’ex-Premier ministre vient de nous montrer la voie. Le chantre de la nouvelle conscience ne tient pas à laisser une zone d’ombre sur le travail qu’il abat depuis des mois pour imprimer une nouvelle forme de gouvernance dans la cité. Qu’il vous souvienne, à la célébration de la fête du Ramadan, les dons à l’effigie de PIK (Pascal Irénée Koupaki) ont ébranlé un tant soit peu sa nouvelle conscience. D’où la nécessité de clarifier. Et le langage de vérité nous est servi par le père fondateur de la nouvelle conscience « Extrait » C’est cela le langage de vérité et que cela soit clair dans vos esprits. Depuis des mois, l’ex-Premier ministre de Boni Yayi était en campagne civique et non en campagne politique. Actuellement, le pape de la nouvelle conscience repousse les regards politiques. Bref, Monsieur Pascal Irénée Koupaki, nos sources nous renseignent que vous serez sur votre VTT pour la présidentielle de 2016. Alors, en campagne électorale vos militants vont faire comment ? « Extrait » Deux buts pour Koupaki et zéro pour vous les détracteurs de la nouvelle conscience. Deuxième langage de vérité. Si vous êtes prêt, je suis prêt. C’est la formule magique des développeurs sur les lèvres. Si vous refusez de porter la nouvelle conscience, alors ne soyez donc pas étonnés demain de voir l’équipe de PIK distribuer des sandwichs avec des jus de baobab. Si vous rejetez la nouvelle conscience, ne soyez pas surpris de voir l’équipe de PIK dans votre localité, les bras chargés de sac de riz et de maïs. Si vous dites non à la nouvelle conscience, ne soyez pas scandalisés de voir l’équipe de PIK, s’illustrer dans l’achat des consciences. Alors peuple béninois, allez-vous laisser la nouvelle conscience s’envoler aussi facilement ? Et vous Pascal Irénée Koupaki, si votre mayonnaise ne prenait pas, seriez dans la dans la course avec l’ancienne conscience ou jetteriez-vous le tablier ? A lundi prochain !

Un clic pour écouter…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*