« Pauvre Professeur Holo » Victor Prudent Topanou

Quelle image donne de nous et de notre pays cette cour constitutionnelle présidée par Holo ? Moi personnellement j’ai honte d’être Béninois quand la plus haute juridiction en matière constitutionnelle de mon pays et chargée de la régulation du fonctionnement des institutions de la République en arrive à prendre de pareilles décisions. Le tout en présence du Professeur Holo ! La cour évoque dans sa décision l’implication du député Atao Hinnouho dont le vice président déclare ne pas se sentir concerné. Son Président étant le premier responsable du parti Reso Atao qui a régulièrement pris part aux dernières élections législatives, municipales, communales et locales. Il n’avait donc rien à faire dans le processus de désignation du parti de Okounlola.
Contre tout bon sens, la cour estime qu’en matière d’âge, toute année entamée est une année écoulée et due comme si nous étions en matière de loyer ou d’impôt. En français facile, quand on dit et écrit « avoir 40 ans au moins… à la date de dépôt de la candidature » cela signifie exactement « 40 ans révolus ». Et dire que le Professeur ignore tout ça !!!
L’article 26 convoqué pour régler ce différend interne à un parti est ici inopportun. Le principe d’égalité de tous devant la loi et particulièrement de l’égalité entre hommes et femmes ne saurait être convoqué pour régler des problèmes entre quelqu’un qui est né vers 1977 et quelqu’un qui a une date précise de naissance en 1977.
La cour Holo, à défaut de faire du droit constitutionnel se contente de faire du français et en plus du mauvais français parce que décontextualisé. Tout le monde sait que 40 ans révolus ce n’est pas « l’année de ses 40 ans ».
Mais au delà de cette décision anecdotique, c’est tout le système de société que nous avons construit consciemment ou inconsciemment, de façon active ou passive, voire même par une indifférence coupable qui montre ses effets pervers pour ne pas parler de limites. La valeur de référence de notre société est devenue « le gain de l’argent sans travail » « l’enrichissement sans cause ». Tout le monde veut mettre sa position institutionnelle à profit pour s’enrichir. Dans ce système là, nous ne sommes pas encore au bout de nos peines. Nous devons nous attendre encore au pire.
Soyons stoïques mais en attendant, je dis « honte à Holo ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*