Pourquoi l’Africain est mal à l’aise avec la science ?

Je comprends pourquoi les occidentaux considèrent que nous Africains, nous avons trop de paradoxes même sur les choses saississables à l’œil nu. Ils nous jugent peu fiables pour appliquer la science selon les règles de l’art. Non pas que nous n’assimilons pas la science mais parce que nous lui opposons toujours nos ténèbres ancestrales et contemporaines.

Vous savez pourquoi ils portent ce jugement sur nous? Nous ne sommes sérieux en rien et nous n’avons pas la culture de l’honorabilite familiale pour faire attention aux choix que nous opérons au nom de nos noms et au nom de la communauté. Ils constatent enfin que devant une décision à prendre, l’Africain regarde par derrière pour s’assurer qu”il est possible de donner un coup, de tricher sans être vu, et après, il se demande comment il peut faire souffrir pour démontrer qu’il est fort tout en prenant un air très sérieux pour démontrer que le sérieux se traite avec un air majestueux et un ton de chef de guerre. C’est ainsi que les clowns font prospérer la haine et un jour la jarre se brise.

Il nous a fallu voir des débris de jarres sans aucune fouille archéologique pour comprendre comment la bestialité transforme le coeur et la conscience de l’Africain sous l’effet du miel-mouches.

La science ne suffit pas pour être honnête, la rigueur scientifique ne se décrète, c’est la foi de l’homme qui lui évite toutes les manipulations malhonnêtes de la lumière et de l’esprit critique.

L’Africain est habitué à utiliser la science non pas pour révéler la lumière mais pour révéler le clair sombre. Il adore révéler ce qui lui profite et après il cherche à voir le reste des grains à jeter aux volailles de l’arrière-cours.

Le paradoxe africain, c’est que nos relations à Dieu sont les mêmes que celles entretenues assidûment avec le diable. Ce n’est pas étonnant, le continent le plus gavé en potentialités naturelles est aussi le continent qui concentre toute la misère du monde avec des dirigeants qui passent le temps à s’occuper des querelles de co-épouses.

Je pleure cette Afrique des inconsciences et des mépris pour la science.

Ceci pour votre méditation après la prière ou après vos fêtes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*