Un puissant chef d’entreprise, c’est d’abord celui qui développement toutes les capacités nécessaires pour contrôler son secteur d’activité.

Après la récolte à Paris des intentions chiffrées en des milliers de milliards de nos francs, le Bénin peine à mobiliser les ressources nécessaires devant financer son développement. Qu’il vous souvienne, la table ronde initiée par le Président Boni Yayi à Paris est vieille d’un an. Pour commémorer l’événement, une importante délégation conduite par le Premier ministre et le ministre d’Etat en charge des finances et de l’économie s’est rendue à nouveau chez le colon pour présenter les opportunités d’investissement au Bénin. Au cours des échanges avec les opérateurs économiques français, un discours retient notre attention. Avant de vous proposer un extrait, laissons les archives dicter leur loi. « Extrait » C’est le mobile, selon le pape de la refondation, du divorce entre lui et son bailleur électoral. Ce dernier n’a nullement le droit de contrôler toute la filière coton. Peut-être sous le changement mais en tout cas, pas sous la refondation. Heureusement, la filière coton était au cœur des préoccupations lors de la présentation des opportunités d’investissement au Bénin à Paris. Un opérateur économique français prend la parole et commet ce qu’on peut appeler le gros péché sous la refondation. « Extrait » Ce patron a bien dit de l’amont à l’aval, son groupe doit être présent. Cela sous entend la notion de contrôle de la filière. Un langage qu’ont en horreur les gérants du changement refondé. Mais rassurez-vous, lui c’est un Français. Et un Français peut, sous nos cieux, tout contrôler sans condition. Des exemples sont là et continueront de nous édifier. Un puissant chef d’entreprise, c’est d’abord  celui qui développement toutes les capacités nécessaires pour contrôler son secteur d’activité. L’Etat est juste là pour tracer le cadre et bannir toute forme de copinage. C’est important de le savoir.

Un clic pour écouter…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*