Yayi fils et la révision de la constitution

En route pour le service ce matin, je tombe sur une fréquence qui m’offre l’opportunité d’écouter une voix. Un accent plus ou moins ivoirien qui me situe très vite sur la personnalité. Chabi Yayi, le fils du Président Docteur Boni Yayi sur Radio Tokpa. Si pour certains c’est un évènement, moi je n’en fais point une information majeure. Un média n’est pas une affaire de clan et donc tout être humain quel que soit son bord politique, a droit à la parole dans la cité. La pluralité est une valeur à partager et la différence de l’autre enrichit. Cela dit, je marque une pause sur un pan de son intervention. Chabi Yayi, le digne fils du président de la république, nous invite à focaliser nos attentions sur les questions de logement, la problématique de l’emploi des jeunes et non sur la révision de la constitution du 11 décembre 1990. Voilà le thème de campagne d’un jeune qui est en deuxième position sur la liste des Forces Cauris pour un Bénin Emergeant FCBE, comptant pour les élections du 26 Avril 2015. Après avoir écouté ce beau discours, j’ai bien envi, de vous dire mes félicitations. J’ai bien envi, de vous serrer les mains et vous dresser la tapis rouge jusqu’au palais des gouverneurs. Mais, je me retiens car je découvre une démarche purement décalée qui propulse à l’antipode de la cohésion d’un groupe. Chabi Yayi, vous êtes bien membre des FCBE. Selon mes sources, vous aviez participé activement au dernier congrès de ce regroupement politique. A la sortie de vos assises, nous avions tous entendu le mot d’ordre. Avoir une majorité pour réviser la loi fondamentale de notre pays. Chabi Yayi, je vous condamne de n’avoir pas pesé dans la balance. Votre discours ne cadre en rien avec la témérité d’un autre jeune, Nouhoume Bida, qui porte la voix des FCBE sur la révision de la Constitution. Qui croire dans cette histoire ? Vous, le fils du Président ou celui que d’aucuns ont surnommé « Bébé Parlementaire » ? Chabi Yayi, n’est-ce une affabulation de nous dire que le débat sur la révision de la constitution est clos et qu’il n’est même jamais ouvert comme le chante le pape de la refondation ? Les questions de logement, la problématique de l’emploi des jeunes sont des sujets prioritaires selon vous Chabi Yayi. Pour ça, vous méritez bien mon acclamation, mais avant, vous devriez  réussir à discipliner les langues qui continuent de siffler la révision de la constitution comme thème de campagne dans le rang de la majorité présidentielle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*