HONORE NAHUM
POINT DE VUE

Nigeria: Amnesty alerte sur la loi relative aux “discours de haine” en étude au parlement (AFP)

Deux lois qui sont actuellement en discussion à l’Assemblée nationale nigériane, relatives à la restriction des “discours de haine” et à la propagation de “désinformation” sur internet sont une “tentative des autorités de restreindre la liberté d’expression”, a mis en garde mercredi Amnesty International. La nouvelle législation qui a provoqué une levée de bouclier au sein d’organisations de la société civile, pourrait être punissable par la peine de mort.

La loi sur “la manipulation et la propagation de fausses information sur internet” donnerait aux autorités le pouvoir de suspendre internet, de fermer certains médias et prévoit une peine allant jusqu’à trois ans de prison.  “Nous demandons aux autorités nigérianes d’abandonner ces législations, qui peuvent être interprétées de manière beaucoup trop large et entraînent des sanctions absolument disproportionnées”, a dénoncé Seun Bakare, responsable des programmes pour Amnesty International Nigeria. 

“Les journalistes et les blogueurs sont déjà intimidés, la loi sur les “actes criminels en ligne” ainsi que sur la “lutte contre le terrorisme” ont déjà diminué l’espace de la liberté expression et créé un climat de peur” au sein des médias, a fait savoir l’ONG dans un communiqué publié mercredi.

La loi contre les discours de haine, présentée par deux sénateurs du parti au pouvoir et soutenue par la présidence, a provoqué une forte contestation au sein de la population nigériane, qui craint un retour aux années sombres des dictatures militaires.

Related posts

Le djagoudaïsme ou l’irrésistible désir de nuire : Ma lettre à madame l’Afrique

admin

RSF demande la levée de la suspension de la fréquence de Soleil FM au Bénin

admin

Récriminations des travailleurs béninois à la 108ème Session de l’OIT

admin